Vous êtes ici

Les sages-femmes : actrices de première ligne pour le maintien de la santé dans la période de covid-19

 

Depuis le début de la pandémie de la covid-19, le travail des sages-femmes est soumis à rude épreuve. Dans nos pays, c’est tout le système de santé qui se fragilisent progressivement. Pourtant la pandémie n’arrête pas les grossesses, ni l’offre des services de santé maternelle, néonatale et infantile.  C’est pour cela que les sages-femmes, plus que d’ordinaire, œuvrent à sauver la vie des mères et des nouveau-nés en leur assurant un bon déroulement de la grossesse et en prenant toutes les précautions nécessaires pour les protéger durant tout le cycle de la grossesse.  Au Bénin, il y a environ 03 sages-femmes pour 10000 femmes en âge de procréer. En outre, le réseau des maternités SONU présente encore un GAP de 12 sages-femmes.

Le besoin de sage-femme est encore plus accru aujourd’hui

Les sages-femmes sont incontestablement la clé pour la réduction des décès maternels et néonatals évitables et l’atteinte de l’ODD3, leur rôle au cours de la pandémie en est une parfaite illustration. Le thème de la Journée Internationale de la sage-femme 2021 issu du dernier rapport mondial sur l’état de la pratique sage-femme est : « Suivez les données, investissez dans les sages-femmes ». Ce rapport nous renseigne sur le gain de vie sauvé qu’on pourrait avoir en investissant dans les sages-femmes. En effet, avoir une couverture universelle des interventions de la sage-femme pourrait sauver 4,3 millions de vie chaque année. C’est pourquoi investir dans les sages-femmes est la voie directe pour atteindre une couverture de santé sexuelle et reproductive complète. Pour cela, UNFPA-Bénin envisage mobiliser les ressources pour être toujours aux cotés des sages-femmes et du système sanitaire pour que rien n’entrave l’atteinte de l’ODD3 d’ici 2030.

Le Fonds des Nations Unies pour la Population accompagne les sages-femmes pour assurer la continuité des services SMNI

Pour soutenir efficacement les sages-femmes tout au long de cette pandémie, l’UNFPA appui le Gouvernement Béninois à travers le projet « Assurer la continuité des services SRMNI dans le contexte de Covid-19 ». Ce projet constitue un paquet de trois grandes axes d’interventions que sont la protection des professionnels de santé et particulièrement les sages-femmes ; le renforcement de la capacité de dépistage et diagnostic de la covid-19 avec la continuité des services SRMNI, y compris l’hygiène dans les maternités ; l’appui au mécanisme de coordination de santé génésique. Ledit projet est déployé dans 06 départements, et 49 maternité SONU.

L’UNFPA appui également une plateforme de collaboration dédiée aux sages-femmes du Bénin avec leurs consœurs de la sous-région. Cette plateforme dénommée « ODD3, pas sans les sages-femmes » est non seulement un espace de parole pour les sages-femmes de sorte qu’elles partagent leur précieuse contribution dans l’atteinte de l’ODD3, mais également un moyen pour elles de se rapprocher des femmes en mettant à leur disposition un système d’information pour l’éducation à la santé reproductive. A cet effet un groupe de sages-femmes reporters a été formé.  Cette année comme tous les ans, dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de Sage-Femme au Bénin l’UNFPA a appuyé l’organisation d’une séance virtuelle d’échange avec les sages-femmes pour leur permettre de libérer la parole sur leurs défis au quotidien. Des recommandations ont été formulées pour l’amélioration de leurs conditions de travail déjà précaires et rendues délicates par la pandémie.