Actualités

Les sages-femmes partenaires des mères et des familles pour l'accès à des soins de qualité

28 mai 2019
La sage-femme travaille en partenariat avec les femmes en vue de leur prodiguer le soutien, les soins et conseils dont elles ont besoin pendant la grossesse, le travail et la période post-partum, pour réaliser les accouchements et fournir des soins au nouveau-né et au nourrisson.

Une profession médicale à compétences définies

La sage-femme est une professionnelle responsable et comptable de ses actes. Elle   assure en toute autonomie la surveillance de la grossesse normale, du travail et de l’accouchement, ainsi que les soins à la mère et à l’enfant après l’accouchement. Elle pratique les examens cliniques et paracliniques indispensables et participe activement à toute action dans le domaine de la santé. Elle prescrit les examens et thérapeutiques qu'il faut pour le bon déroulement de la grossesse, de l’accouchement et des suites de couches. La sage-femme a donc les connaissances et compétences nécessaires pour offrir aux femmes des soins sécurisés, dépister rapidement les potentielles complications et anticiper efficacement ou assurer la gestion des situations d’urgence chez la mère et le nouveau-né dans les limites de ses compétences.

L’offre de soins au niveau opérationnel et au quotidien

La sage-femme travaille en partenariat avec les femmes en vue de leur prodiguer le soutien, les soins et conseils dont elles ont besoin pendant la grossesse, le travail et la période post-partum, pour réaliser les accouchements et fournir des soins au nouveau-né et au nourrisson. Ces soins incluent des mesures préventives, la promotion du travail et de l’accouchement physiologique normal, la détection de complications, l’accès à une aide médicale ou autre et l’exécution de mesures d’urgence. Elle fournit les soins essentiels et d’urgence au nouveau-né et au nourrisson et assure le suivi post natal. Dans les situations d’urgence, elle a l’obligation d’assurer l’organisation des références pour un niveau supérieur de soins. En dehors de la grossesse, elle fournit les services essentiels de planification familiale. La documentation selon les supports appropriés de tous les soins offerts par la sage-femme relève de sa responsabilité et fait d’elle un  acteur de production et d’analyse de données.

 

Le travail en équipe dans les formations sanitaires

Selon le niveau de soins, la sage-femme travaille toujours en collaboration avec d’autres professionnels de santé que sont les infirmiers/ères et le personnel d’appui que sont les aides-soignantes.

Dans les maternités périphériques de tout premier contact, l’équipe est souvent composée de la sage-femme responsable de la maternité, des aides-soignantes. Dans l’offre des soins elle  interagit avec le  personnel qualifié et non qualifié et les autres acteurs de la formation sanitaire que sont les techniciens de laboratoire, les agents de pharmacie et les agents d’hygiène, etc.

Au niveau de la commune, l’équipe devient plus  étoffée selon la disponibilité du personnel ; au niveau d’une maternité de zone Sanitaire ou d’hôpital départemental, l’équipe est plus consistante et l’organisation des services se fait pour assurer la disponibilité et l’accès à une sage-femme 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7.

 

Le déploiement des sages-femmes selon les niveaux d’intervention 

Pour assurer la qualité de l’offre des services, il faut selon les normes de l’OMS, une sage-femme pour 5000 femmes en âges de procréer (15-49 ans). Ce standard reste un défi pour bon nombre de pays, notamment le nôtre qui supplée à cette situation en positionnant dans les maternités des infirmières brevetées et infirmières diplômées d’Etat en complément aux  sages-femmes. Pour pouvoir répondre aux besoins en Santé Maternelle et Infantile par l’offre des soins de sages-femmes de qualité, et réduire progressivement le gap il est important de maintenir le plaidoyer pour le renforcement des ressources humaines qualifiées et la répartition équitable des sages-femmes. C’est l’une des perspectives pour laquelle l’UNFPA apporte son appui au  Ministère de la Santé au Bénin.

La sage-femme amie des adolescents et jeunes

Présente durant tout le cycle de vie, la sage-femme reste un acteur essentiel dans la période de l’adolescence, qui est une  période de vulnérabilité pour  les adolescentes qui ont un grand besoin d’informations sur la santé sexuelle et reproductive et  sur la façon d’aborder ces questions avec les parents.  Elle  apporte des informations utiles pour la  gestion d’une sexualité responsable, la prévention du VIH, la gestion des menstruations, la  prévention des grossesses précoces et non désirées. Au cours de l’adolescence. L’UNFPA contribue à la mise en place de «coin jeune» dans les structures sanitaires. Cet appui vise l’intégration des services  où sont  accueillis de manière périodique les adolescents et les jeunes et qui constituent des  espaces  qui permettent de débattre de thématiques liées à l’adolescence et ses problèmes et d’offrir des séances personnelles aux jeunes.

 

Le premier contact avant le médecin pour la prise en charge des violences

La grossesse est reconnue comme une période au cours de laquelle l’accompagnement psychologique facilite la détection de toutes formes de violences passées ou actuelles.  Au-delà des lésions qui sont aisées à constater par la sage – femme, il y a les troubles psychiques ou psychosomatiques qui relèvent d’un autre domaine d’expertise. Mais cela ne dénie pas à la sage-femme la capacité la prise en charge des victimes de toutes formes de violences y compris violences sexuelles.  Dans les situations de violences faites aux filles et aux femmes pour la prise en charge de la victime pour tout ce qui concerne sa reproduction et son accompagnement, la sage-femme est fortement impliquée. De façon générale, tout suivi de la femme en milieu sanitaire dans le cadre obstétrical et gynécologique commence par une rencontre avec la sage-femme, ce qui peut contribuer à humaniser la consultation et permettre d’aborder la délicate question des violences et éventuels traumatismes subis.

Une formation initiale et une formation continue avec des curricula entièrement dynamiques appuyée par l’UNFPA

D’ici 2030, selon les projections, la population du Bénin augmentera de 54 % pour atteindre 15,5 millions d’habitants. Pour parvenir à un accès universel aux soins de santé sexuelle, reproductive, maternelle et du nouveau-né, les sages-femmes devront fournir des prestations pour répondre aux besoins de 0,6 million de femmes enceintes par an d’ici 2030, dont 59 % en milieu rural.  Ceci montre que la sage-femme est au cœur du système de soins, et demeure le professionnel de santé auquel toute femme enceinte et tout nouveau-né doivent avoir accès pendant la grossesse, l’accouchement et la période du post-partum/post-natal. A cet effet, il devient impératif de doter un pays à forte mortalité maternelle comme le Bénin de centres de formation de qualité ayant des capacités d’éducation et de formation, théorique et pratique solides afin de répondre aux besoins en Santé Maternelle Néonatale et Infantile par la production de professionnels de santé compétents. Appuyer la pratique de sage-femme c’est donc contribuer à atteindre les trois résultats transformateurs du plan stratégique de l’UNFPA  2018 – 2021 pour l’atteinte des ODD.